QuesTekki 56 : Mamadou L. Diallo “Apparemment la Gambie a retiré sa licence d’exploration pétrolière à Frank Timis, c’est une bonne nouvelle”

0 17

Dakarmidi – Pour le numéro 56 de ses commentaires hebdomadaires “Questekki”, Mamadou Lamine Diallo met la lumière sur les ressources naturelles de la Senegambie pour son premier dossier. Dans la deuxième partie de ses dossiers, le coordonnateur de la coalition gagnante Wattu Senegaal, revient sur les résultats des élections législatives du 30 juillet passé. Pour lui, ” Macky Sall peut se cacher derrière le Conseil constitutionnel, pour faire avaler au peuple tout acte règlementaire ou légal scélérat “.

Le processus d’approbation des contrats d’exploration et d’exploitation doit être démocratisé dans la transparence. A côté de l’administration, la société civile et surtout le parlement doit avoir son mot à dire. Il est proprement scandaleux de vouloir de manière insidieuse substituer l’Assemblée Nationale au Cos Petrogaz. Ce que veulent faire Macky Sall et Boun Abdallah qui gèrent directement, et seuls, le pétrole et le gaz de notre pays.
Dossier Nouveau Le Conseil Constitutionnel : nouveau sabre de Macky Sall
Dans son soi-disant referendum de 2016, le Président Macky Sall a fait introduire subrepticement comme à son habitude une modification de l’article 92 de la Constitution concernant le Conseil Constitutionnel en y rajoutant : « le Conseil Constitutionnel peut être saisi par le Président de la République pour avis ».

Le Conseil Constitutionnel prend alors des décisions : « Les décisions du Conseil Constitutionnel ne sont susceptibles d’aucune voie de recours. Elles s’imposent aux pouvoirs publics et à toutes les autorités administratives et juridictionnelles ». Autrement dit, Macky Sall peut se cacher derrière le Conseil Constitutionnel pour faire avaler au peuple tout acte règlementaire ou légal scélérat.
Le cas le plus cocasse est le recours devant le Conseil Constitutionnel de Wattu Senegaal concernant le département Europe du Nord, du Centre, et de l’Ouest lors de la mascarade électorale du 30 juillet 2017. Mme Dieynaba Sene ;, investie par BBY, ne figure pas sur le fichier définitif remis, après le 15 juillet 2017 par l’administration, conformément à la loi, aux listes candidates dont la nôtre. Mme Dieynaba Sene n’a pas voté à Paris. Elle n’est pas sur les listes. Cela a fait l’objet d’un constat d’huissier.

Pourtant, le Conseil Constitutionnel soutenu par la CENA soutient que le fichier qui nous a été remis officiellement ne fait pas foi. Il y a un autre fichier spécial des Sénégalais de l’Extérieur (Article L 48 du code électoral) diffèrent de celui qui nous a été remis, et dans lequel le nom de Mme Dieynaba Sene figurerait. Voilà le subterfuge trouvé par l’entreprise de fraude électorale BBY pour priver notre coalition d’une victoire dans ce département et qui traduit le mépris que le régime de Macky Sall affiche vis-à-vis du peuple sénégalais. Les Sénégalais ne sont pas des demeurés.

La rédaction

You might also like More from author

Leave A Reply

Your email address will not be published.