Guissé Pène : « Amy Collé doit être soutenue, mais elle est quand même allée un peu trop loin… »

0 46

L’artiste de la chanson Amy Collé Dieng a été arrêtée, ce jeudi 3 août, par les éléments de la Division des investigations criminelles (Dic). Il est reproché à la chanteuse d’avoir proféré des propos outrageants envers le chef de l’État dans un enregistrement audio qui fait le buzz sur les réseaux sociaux. L’arrestation de l’artiste ne surprend pas Guissé Pène, d’autant plus qu’il dit avoir écouté l’audio dans lequel, elle a proféré des allégations à l’endroit du Chef de l’Etat. Guissé Pène est catégorique : il faut savoir raison garder quand on est artiste.

« J’ai été indigné quand j’ai écouté cet audio. On n’oublie qu’au-delà de toute obédience, le chef de l’Etat est d’abord une institution. Insulter le président de la République, équivaut à prendre son drapeau national et le piétiner. J’ai l’impression que les gens n’ont pas le sens et l’impact des institutions de la République », a laissé entendre le SG de l’AMS (Association des Métiers de Musique du Sénégal).

« Ces proliférations, personne ne pourra les adresser à son père, ni à sa mère et pourquoi les adresser au père ou la mère d’une autre personne ? », se demande le musicien joint par Senego.

L’acteur culturel estime que la loi doit s’appliquer pour éviter la répétition de tels actes :« Il faut que le droit s’applique. Maintenant, je ne dirai pas que je ne la soutiendrai pas, sur ce côté, ce sera mes rapports avec elle. Mais il faut savoir que tout en la soutenant, j’ai aussi le droit d’exprimer mon regard de citoyen vis-à-vis de ces institutions. Ce ne sont pas des actes à commettre, ce n’est pas normal », cadre-t-il.

Pour lui, « la fonction première de l’artiste, c’est d’abord un stabilisateur social et vient ensuite la fonction ludique. Mais il faudrait savoir que quand on s’exprime, on ne s’exprime pas sous une casquette de … Nous sommes tous des Sénégalais astreints à des lois du pays et à une régularité ou cohérence dans nos propos qui sous-tendent le respect. On ne peut pas cautionner des insultes ou proliférer des accusations à l’encontre d’une institution ».

Quant à un éventuel soutien du monde de la culture sénégalaise à une des leurs, Guissé Pène précise : « Quand j’entends les mots « say say », « sathie », « ounkou »…, je crois que c’est trop aller. Cela ne veut pas dire que la personne d’Amy Collé n’est pas à soutenir. Certes, elle est à soutenir mais reconnaissons qu’elle en a trop fait. L’artiste n’est pas une exception pour commettre de telles fautes. Ce métier n’est pas une exception quand il s’agit de faire du bien ou de dire du mal », a conclu l’interlocuteur de Senego.

 

You might also like More from author

Leave A Reply

Your email address will not be published.